Le véritable impact de la dématérialisation sur l’environnement

Le véritable impact de la dématérialisation sur l’environnement

Si la dématérialisation est une étape que toute entreprise se doit d’adopter, c’est parce qu’elle renferme plus d’avantages que d’inconvénients. Vis-à-vis des actions en vue de la préservation de la planète, imprimer un email est en effet aperçu comme un crime contre l’environnement. Cependant, limiter l’utilisation du papier suffit-il réellement à compenser l’énergie dépensée dans cette nouvelle démarche de protection de la planète ?

Du papier au virtuel

Par définition, la dématérialisation consiste à transformer tous les documents en format papier en version numérique. Pour cela, on se sert de scanners pour la numérisation de la paperasse ainsi que de dispositifs de stockage pour les sauvegarder. L’objectif est de limiter la consommation de papier, car c’est la première étape vers le traitement de tous les documents sous format numérique. Notons que tous les types de documents peuvent être dématérialisés. Ainsi, même les bons de commande ou les factures fournisseurs peuvent être numérisés. Entre autres.

En effet, l’état des documents en papier se dégrade au fur et à mesure de leur manipulation et en fonction de leurs conditions d’archivage. Celui de ceux en version numérique est par contre garanti contre l’usure et la perte. En contrepartie, la sauvegarde, la consultation et la manipulation des documents numériques créent un nouveau besoin, celui des supports numériques. Depuis quelques années, ces nouveaux matériels ont effectivement fait l’objet d’une évolution fulgurante pour satisfaire les besoins de plus en plus grandissants des consommateurs. On cite actuellement l’usage habituel des Smartphones, tablettes et notebooks au sein des foyers et des entreprises. A la fois supports et terminaux de connexion, ils permettent d’effectuer simultanément plusieurs tâches sans être obligé de rester tout le temps au bureau. On évite ainsi de perdre son temps à rechercher et à consulter des documents dans les archives. Le chargement des documents numériques est plus rapide et si jamais un document est malencontreusement supprimé, il est plus facile de le restaurer.

Des investissements peu bénéfiques pour la planète

Si la dématérialisation promet la suppression progressive du papier dans la maison ou au bureau, les dispositifs de stockage de données sont toutefois loin d’être immunisés contre les virus numériques ou les pannes. De plus, le chargement, la modification, l’enregistrement d’une nouvelle version et l’envoi consomme une quantité considérable d’énergie. L’enregistrement d’un même document par plusieurs utilisateurs accroît aussi cette consommation d’énergie.
L’utilisation de supports devient ainsi peu avantageuse pour l’environnement, vu qu’en moyenne, chaque utilisateur se sert de son Smartphone, de sa tablette et autre sur une période de 18 mois.

Par ailleurs, les géants du numérique cherchant toujours de nouvelles options pour rendre leurs produits plus attractifs, les anciens modèles sont rapidement supplantés par des nouveaux jugés plus performants. Aussi, rien que la fabrication de ces appareils numériques demande un investissement considérable en énergie. L’extraction des matières premières indispensables et les processus de fabrication se présente également comme une phase très polluante au détriment de la santé publique et de l’environnement. Et même si le recyclage de papier est une solution déjà mise en place pour en réduire la production, celui du recyclage de DEEE (Déchets d’équipement électrique et électronique) est encore peu exploité, avec 75 % des déchets existants pas encore recyclés.

Les commentaires sont clos.