Les masques anti-pollution sont-ils réellement efficaces ?

Les masques anti-pollution sont-ils réellement efficaces ?

De plus en plus de motards choisissent désormais d’allier le port du casque moto avec un masque anti-pollution. Conscient du regain d’intérêt des adeptes de deux-roues pour ces petits accessoires, les fabricants les déclinent actuellement dans tous les styles et pour tous les goûts. Quid de leur réelle efficacité ? Protègent-ils réellement de la pollution urbaine ?

Pourquoi porter un masque anti-pollution ?

Si le port d’un casque moto est obligatoire, ce n’est pas toujours le cas pour les masques anti-pollution. On sait que la pollution de l’air dans les grandes villes contribue chaque année au décès de près de 48.000 personnes en France, un chiffre qui fait froid dans le dos et qui devrait inciter les motards à mieux se protéger à moto. Annoncé comme un accessoire pratique, permettant d’éviter d’inhaler la poussière et autres polluants, il faut tout de même savoir que le masque anti-pollution n’est pas toujours recommandé par les médecins et les associations environnementales.

Les professionnels de la santé énoncent également que les masques de protection viennent gêner la respiration plus qu’autre chose et peuvent d’ailleurs entrainer un essoufflement rapide. Il semble que plus on s’essouffle, plus les risques d’inhaler les particules fines sont élevés. Les masques anti-pollution seraient-ils tout aussi inefficaces que les modèles jetables ? Pas forcément, reste à trouver le modèle qui répond au mieux aux normes européennes.

Pour quel modèle opter ?

Chez certaines marques, le design prime sur l’efficacité, ce qui fait que le masque ne protège pas plus qu’il ne le faut des émanations polluantes. Déjà, il faut savoir que le masque de protection tout comme les gants de protection doivent répondre aux normes européennes et américaines régissant la sécurité des pilotes de deux-roues. Plus étanches que les masques en papier classique vendus en pharmacie, les masques restent efficaces contre les fameuses PM10 et les PM5, mais la plupart des modèles ne permettent pas toujours de se protéger des PM2, 5, les particules polluantes les plus fines. Les modèles les plus performants promettent quant à eux, une bonne protection contre les gaz polluants vu qu’ils sont conçus avec des matières innovantes et présentent notamment une couche de carbone.

On note également la sortie des motos hybrides et des masques connectés. Les casques motos furent les premiers à être déclinés dans des modèles connectés, avec une visière pouvant intégrer un écran dans les prochaines années. Du côté des masques de protection, les fabricants proposent désormais des modèles écologiques, avec des spécificités et des designs ultra-travaillés. Rendu incontournable pendant, avant ou après un pic de pollution, le port du masque de protection permet non seulement des particules, mais aussi de l’ozone et du pollen. Certaines marques annoncent la sortie de masques hybrides et connectés conçus tout spécifiquement pour les pilotes de deux-roues. Les caractéristiques de ces masques du futur n’ont pas encore été dévoilées vu qu’ils restent aujourd’hui au range de prototype, mais il se dit qu’ils permettent de filtrer l’air respiré. Gageons que ces nouvelles trouvailles technologiques seront mieux appréciées par les associations de santé environnementale qui militent contre la pollution de l’air.

Les commentaires sont clos.