Covid-19 : Les effets du confinement sur l’environnement

La crise sanitaire du coronavirus s’est traduite entre autres par le confinement d’une majeure partie de la population mondiale. Chaque continent y est progressivement passé en commençant par l’Asie, puis l’Europe, mais aussi l’Amérique, l’Afrique et l’Océanie. Il en a résulté une activité mondiale ralentie, des flux aériens et routiers en baisse, etc. Les impacts environnementaux de ce phénomène ne sont évidemment pas minimes, qu’ils soient positifs ou négatifs. Nous faisons un tour d’horizon sur ceux-ci dans ce dossier.

Les effets positifs du confinement sur l’environnement

L’un des premiers effets observés du confinement est l’amélioration nette de la qualité de l’air. Comme tout le monde a été assigné à domicile, les émissions de CO2 ont baissé. Les sorties n’étaient autorisées que pour des motifs essentiels (courses, travail, etc.). Pour le reste, en particulier les divertissements, il a fallu trouver une solution maison : voir les films en streaming au lieu d’aller au ciné, se rendre sur un site de casino en ligne fiable au lieu d’aller dans un casino physique, etc. Pour le choix de la plateforme de jeux, il convient de vérifier les points suivants :

  • La langue d’expression ;
  • Les licences ;
  • Les types de jeux et les jeux proposés ;
  • Les modes de paiement disponibles ;
  • Le taux de distribution.

En Chine, il a été observé une diminution de près de 30 % des émissions de dioxyde d’azote. La France a aussi bénéficié de cette meilleure qualité de l’air, en particulier dans les régions Occitanie et Pays de Loire avec une baisse de la concentration en NO2 de 70 %. Les chercheurs avancent même que la diminution de la pollution atmosphérique observée durant le confinement a épargné plus de vies que le virus n’en a ôtées.

Un autre impact écologique du confinement est aussi la réduction de la pollution sonore. Cela est surtout arrivé avec la réduction majeure des flux aériens et des flux routiers. Ainsi, le niveau de bruit à proximité des voies des grandes villes comme Paris a chuté à près de 90 %. Cela implique plus de confort pour la population, mais aussi pour la faune.

Et justement, grâce à ce confinement, les espèces ont pu évoluer et s’épanouir dans leur environnement sans subir de dérangements. Dans les parcs, de nombreux animaux qui se font généralement plus rares ont été aperçus à plusieurs reprises. En effet, outre la pollution de l’air qui a diminué, il faut aussi noter une réduction de la pollution de l’eau.

Les effets négatifs du covid-19 sur l’environnement

La crise du coronavirus a aussi engendré quelques impacts négatifs sur l’écologie. Le souci majeur est la hausse de l’usage d’internet. Or, il est connu que ce dernier est énergivore, ce qui provoque une augmentation du CO2 dans le secteur numérique. En effet, la fermeture des écoles et le télétravail ont entraîné une forte augmentation du trafic internet.

Par ailleurs, cette crise sanitaire survenue à cause de la pandémie a aussi encouragé de mauvaises pratiques. Cela concerne l’usage des masques jetables de protection que l’on retrouve de plus en plus en déchets sur les plages, les rues, etc. Il faut pourtant savoir que ces masques peuvent mettre plus de 400 ans à se décomposer.

Depuis le début de cette épidémie mondiale, l’actualité s’est entièrement focalisée sur elle. De ce fait, les sujets environnementaux ont été négligés, que ce soit le réchauffement climatique ou un autre sujet écologique de long terme. Certes, cela semble logique de traiter les urgences en premier, mais mettre la considération des problèmes climatiques sur pause peut se révéler dangereux.