Sécheresse dans le Puy-de-Dôme : Restrictions d’eau pour tous sauf pour Danone

Face à une sécheresse persistante dans le Puy-de-Dôme, un appel a été lancé pour que les résidents et les entreprises locales réduisent leur consommation d’eau potable. Parmi les restrictions, le lavage des voitures, le remplissage des piscines et l’arrosage des jardins sont interdits entre 10h et 18h jusqu’à fin juin. Les entreprises sont également tenues de réduire leurs prélèvements sur le réseau d’eau de 25%. Cependant, la Société des Eaux de Volvic (SEV), une filiale de Danone, est épargnée par ces mesures.

La SEV échappe aux restrictions d’eau

L’entreprise prétend que ses activités n’ont aucun impact sur le réseau d’eau potable car elles sont effectuées en aval de la source. En signe de solidarité avec les autres acteurs locaux, la SEV a déclaré volontairement réduire de 5% ses autorisations de prélèvements. Mais pour Marc Saumureau, président de la Frane, une association environnementale locale, cette réduction est « ridicule », affirmant que la SEV ne produit plus à pleine capacité depuis longtemps.

Une baisse constante de l’utilisation de l’eau par Volvic

Selon un rapport de 2021 sur la mainmise des intérêts privés sur l’eau, le volume d’eau réellement utilisé par Volvic est en baisse constante depuis 2017. Le rapport note également que la connaissance de l’hydrosystème de la nappe souterraine utilisée par la SEV est encore limitée, rendant difficile la conclusion définitive sur son impact.

L’entreprise Danone a la particularité de diviser la nappe d’eau de Volvic en deux parties distinctes : les eaux de surface, qui alimentent le réseau d’eau potable, et la nappe profonde, d’où Danone extrait l’eau. Un rapport de l’École des Mines publié en 2023 a relevé une interférence entre le pompage des eaux minérales et la galerie du Goulet, source principale du secteur. Cependant, l’impact de ce pompage sur le débit de la galerie a été jugé « très faible ».

La controverse sur l’exemption de la SEV

Cela n’empêche pas certains acteurs locaux de critiquer le privilège accordé à la SEV. Jacky Massy, président de l’association Preva, insiste sur le fait que la surexploitation de la nappe par Danone contribue à la baisse des niveaux d’eau de surface. Il soutient également que la SEV bénéficie de ses liens économiques et politiques pour échapper aux restrictions d’eau. De son côté, Isabelle Aledo-Piedpremier, présidente de France Nature Environnement 63 (FNE), souligne que l’ensemble de la région manque d’eau, pas seulement Volvic.

L’approche contrastée de Nestlé face aux conditions climatiques défavorables

Pendant que Danone continue sa production sans grandes modifications, le groupe Nestlé, dans les Vosges, a annoncé la suspension de l’exploitation de deux de ses forages en raison des conditions climatiques défavorables.

Un avenir incertain pour l’exploitation de l’eau en France

Face à une sécheresse persistante et aux préoccupations environnementales croissantes, l’avenir de l’exploitation de l’eau en France reste incertain. Les entreprises comme Danone et Nestlé sont confrontées à un défi majeur : comment continuer à produire tout en respectant la durabilité de l’eau, une ressource de plus en plus précieuse et disputée.

Alors que Danone semble maintenir le cap, malgré les critiques et les controverses, Nestlé a opté pour une approche plus prudente en suspendant certaines de ses activités. Cette divergence de stratégies souligne l’urgence de la situation et la nécessité d’une gestion plus durable de l’eau.

Cependant, il reste à voir comment ces entreprises, et d’autres dans le même secteur, vont s’adapter à long terme à un environnement changeant et à une sensibilisation accrue à la nécessité de préserver les ressources naturelles.

Des mesures judiciaires et législatives en attente

Tandis que Danone et Nestlé adaptent leurs opérations face à la sécheresse, l’avenir de l’exploitation de l’eau pourrait être déterminé par la législation et la justice. En 2019, un arrêté sécheresse du préfet du Puy-de-Dôme exemptait tous les industriels des mesures d’économie d’eau. Cette décision, contestée par plusieurs associations dont FNE 63 et UFC Que Choisir, est toujours en cours d’examen par la justice, qui a demandé des expertises complémentaires.

La nécessaire préservation de l’eau pour l’avenir

Au final, il est de plus en plus clair que la crise de l’eau exige une action urgente et une gestion responsable de la part de tous les acteurs. La question n’est plus seulement de savoir comment les entreprises comme Danone et Nestlé peuvent continuer à produire, mais comment elles peuvent le faire tout en préservant cette ressource vitale pour les générations futures.

La sécheresse dans le Puy-de-Dôme met en évidence la nécessité d’une nouvelle approche de l’exploitation de l’eau, une qui place la durabilité et la conservation au cœur de toutes les opérations. Alors que les entreprises continuent à naviguer dans ce paysage changeant, les décisions qu’elles prennent aujourd’hui auront des implications durables pour l’avenir de l’eau en France et dans le monde.

Rédigé par
Plus d'articles de Eco Mobile
La culotte menstruelle, lingerie bio et éthique indispensable !
La culotte menstruelle, une alternative moderne aux produits d’hygiène féminine traditionnels, s’est...
Lire la suite