Le mur végétal : un dépolluant efficace

Un bâtiment avec un mur végétalisé
Le mur végétal : un dépolluant naturel efficace

En Septembre 2007, Lyon fut la première commune qui s’est dotée d’un mur végétal dépolluant en France. Le concept de l’innovation était de gérer les flux des trafics routier et ferroviaire sur le centre d’échange de Perrache. Et peu à peu, ce véritable œuvre d’art s’est répandu dans villes françaises et s’est invité dans les habitats.


Comment ce jardin vertical fonctionne pour jouer ce rôle de dépolluant ? Et comment créer son propre mur végétalisé purificateur d’air ? Ceux sont les questions courantes qui se posent, auxquelles nous allons trouver de réponses dans cet article.

Comment fonctionne le mur végétal dépolluant ?

Le mur végétalisé dépolluant est un écosystème vertical qui assure l’assainissement de l’air et la biodiversité de la ville. Il présente de nombreux atouts sur les plans écologique et social.
Actuellement, sa mise en œuvre se simplifie. On peut créer son propre mur végétal dépolluant grâce aux instructions de plantesplaisirspassions.com et profiter de ses bienfaits.

Absorbe l’air impur

Des experts en marketing vert se sont intéressés au mécanisme de la photosynthèse pour créer le mur végétal purificateur d’air.
Lors de la photosynthèse, les plantes absorbent les polluants très courants tels que le benzène, le formaldéhyde et l’ammoniac. Les feuilles effectuent la synthèse de matière organique (le carbone) à partir de l’eau puisée dans la sphaigne (la mousse) par les racines et des molécules polluantes captées dans l’air. Cela signifie qu’elles convertissent le carbone contenu dans ces polluants en produits organiques qui permettent le fonctionnement des tissus végétaux.

Émet l’oxygène pur

Une fois que la plante ait récupéré les molécules polluantes et absorbé le carbone (C), elle rejette à ce moment du dioxygène (O2) dans l’atmosphère.
Retenez que plus un végétal consomme d’eau plus elle dégage de l’oxygène pur.

Le mûr végétalisé apporte d’autres avantages sur l’environnement comme :

  • Diminuer la température environnante : les plantes du mur absorbent 50% de la lumière solaire, ce qui crée un climat plus frais.
  • Une isolation phonique : le mur végétal peut réduire le bruit environnant jusqu’à 41%, à l’intérieur et à l’extérieur.
  • Favoriser la biodiversité : il contribue à l’amélioration du cadre de vie des insectes, des oiseaux et des papillons.
  • Un effet thermique : installé à l’intérieur, le mur végétal dégage de la vapeur d’eau, ce qui va rafraîchir l’air.
  • Un décor vert dans la maison comme dans les rues.

Un mur végétalisé pour dépolluer la ville?

Green City Solutions a révolutionné le concept du mur végétal pour concevoir un filtre bio-tech appelé City Tree pour les zones urbaines. Il s’agit d’un mur de 4 mètres de haut et 3 mètres de large qui utilise la mousse pour assainir l’air par le processus de photosynthèse.
Ce mur équipé de panneaux solaires et de puissants capteurs peut réduire la pollution atmosphérique de 30% dans un rayon de 50 mètres.
Il peut absorber 240 tonnes de gaz et de particules par ans, une équivalence de 275 arbres.

Créer son mur végétal dépolluant

Vous avez un large choix sur les plantes dépolluantes qui peuvent constituer votre mur végétal dépolluant. On compte environ une trentaine d’espèces, et les plus utilisées sont :

  • La fleur de lune (spathiphyllum) capte l’acétone, l’ammoniac, le formaldéhyde, le benzène et le trichloréthylène.
  • Le chlorophytum comosum ( la plante araignée) absorbe le monoxyde de carbone, le formaldéhyde et le xylène.
  • Le lierre (hedera helix) avale le xylène et le formaldéhyde.
  • La fougère de Boston absorbe le formaldéhyde et le xylène, et améliore le degré d’hygrométrie de l’air environnant.
  • Le Philodendron scandens absorbe le trichloréthylène et le formaldéhyde, et est efficace pour réduit les sons environnants.
  • Le dracaena capteur de benzène de la fumée.
  • L’anthurium qui réduit efficacement l’ammoniac.