Raréfaction de l’eau : où l’Homme peut-il encore trouver de l’eau potable ?

Environ 1% de l’eau disponible aujourd’hui est de l’eau douce sous sa forme liquide. Pourtant, elle est indispensable pour l’Homme, que ce soit pour sa consommation en tant que boisson ou pour d’autres usages vitaux comme dans l’agriculture. Cependant, la disponibilité de l’eau a une certaine limite que beaucoup de Nations commencent à prendre en compte dans leur politique environnementale. Mais, quelques sources d’eau potable sont encore exploitables.

Les nappes phréatiques

Depuis toujours, l’Homme est à la recherche d’une source d’eau afin d’assouvir ses besoins vitaux. L’utilisation de la baguette de sourcier, qui est une méthode assez ancienne, est encore appliquée par de nombreuses personnes pour trouver une source d’eau sous leur terrain privé, comme une nappe phréatique par exemple.

Comme son nom l’indique, une nappe phréatique est une nappe d’eau qui se trouve à une faible profondeur. C’est pour cette raison qu’elle est exploitée pour alimenter les puits et les sources traditionnelles d’eau potable. Le problème est qu’un prélèvement trop important peut conduire à leur pollution par des eaux impropres à la consommation (ex : eau salée).

La pluie

De nombreuses initiatives, y compris celles gouvernementales, incitent la population à utiliser plus l’eau de pluie pour les usages autres que la consommation humaine. Les systèmes de récupération d’eau de pluie bénéficient actuellement de coûts d’installation réduits grâce à la TVA à 10% sur l’achat de ces dispositifs.

L’eau de pluie peut servir à l’arrosage des jardins et des cultures, aux nettoyages des linges et des voitures, et bien plus encore. Son utilisation limite le prélèvement des sources d’eau potable.

L’humidité de l’air

L’air transporte de l’humidité qui contient de l’eau pouvant être consommée par l’Homme. De nombreux projets ont fait leurs preuves dans des zones arides d’Afrique. Par exemple, en Éthiopie, un architecte italien (Arturo Vittori) a créé une structure permettant de collecter l’eau dans l’air. Son invention, le Warka, est un capteur d’humidité et un dispositif de stockage de l’eau provenant de la pluie, de la rosée matinale et de la brume.

Les glaciers

En Antarctique ou en Arctique, des millions de mètres cubes d’eau peuvent être exploités pour approvisionner un pays en eau quotidiennement. Dans les années 70, l’idée a fait émerger de nombreux projets qui, pour des raisons de coût et de problèmes techniques, n’ont pas été faisables. Il faut savoir qu’un iceberg est de l’eau douce gelée et qu’un qui pèse 20 millions de tonnes peut apporter 20 milliards de litres d’eau.

Les rivières et les lacs (eaux de surface)

C’est une évidence même, car l’eau que l’on retrouve en surface sous ses différentes formes (rivière, fleuve, lac, étang…) peut être traitée et consommée par l’Homme. En effet, il suffit simplement de filtrer tous les sédiments, impuretés, substances chimiques et micro-organismes qui y sont présents.

Le traitement des eaux usées

Quand l’eau vient à manquer dans une ville, il n’y a pas de solution plus efficace que le traitement des eaux usées. Celles-ci sont peut-être impropres à la consommation humaine, mais elles peuvent passer par diverses étapes d’épuration pour qu’elles soient potables.

Autre méthode de traitement des eaux usées consiste à filtrer l’eau de mer par la technique de l’osmose inverse. En même temps, on lui enlève ses impuretés, ses sédiments et autres éléments pouvant être pathogènes.